alpakita produccion

 

tisseuse inca



L'art du textile Inca est l'une des plus anciennes traditions des Andes. Il a été particulièrement développé pendant l'apogée Inca, grâce à l'utilisation de différents matériaux et de différentes techniques. Du fait de la diversité culturelle acquise des autres ethnies andines au cours des conquêtes, les Incas ont réussi à produire une grande variété de vêtements et d'objets de la vie quotidienne.
Les Incas ont principalement hérité de la culture Wari qui avait atteint un haut niveau artistique par la qualité des couleurs utilisées et par l'iconographie représentée, notamment dans la production de tapis et de couvertures (mantas).

La matière première, indispensable à la fabrication de vêtements, provient des lamas, qui sont tondus tous les deux ans, des alpaga et des vigognes dont la laine est très fine. Chaque camélidé peut fournir jusqu'à 3 kg (de laine).


tisseuses andines

 



La tradition textile inca n'a cessé de se développer dans différents villages des Andes. Depuis la colonisation jusqu'à nos jours les populations qui la font vivre lui ont apporté des caractéristiques différentes. Les tissus sont faits à la main et dans bien des cas des teintures naturelles sont utilisées pour la laine. Les pièces traditionnelles sont par excellence le poncho pour les hommes et la  lliclla pour les femmes.
Les produits commercialisés sont principalement des mantas, des sacs, des ceintures (chumpi), des châles (chalinas), des bonnets (chullo), des ponchos courts (unkhus), des cordages, sentillos, watanas, des bracelets, des couvertures de lit.

 

 


alpagas dans la puna 1 L'alpaga

Domestiqué au Pérou par les anciens Incas, cet animal fournit l'une des laines les plus fines du monde.
Son habitat naturel se situe en altitude, dans les Andes sud-américaines, à partir du 3,500 m au dessus du niveau de la mer.
Il est parent du lama et de la vigogne et comme eux ressemble à un petit chameau sans bosse aux oreilles plus grandes.
L'alpaga est plus petit que le lama, sa laine est plus longue et plus douce et il n'est pas habituel de l'employer comme bête de charge. Les paysans andins utilisent sa laine et sa viande dont ils disent qu'elle est très saine et dépourvue de cholestérol.
Sa laine était traditionnellement travaillée pour fabriquer les mantas et ponchos des habitants.


Maintenant on l'utilise pour faire des couvertures de lit, des pulls, des bonnets, des gants, des châles, des ponchos, des chaussettes et des manteaux.

alpagas dans la puna 1

On distingue deux familles d'alpagas: l'huacaya et le suri qui diffèrent par la qualité de leurs poils.
Le pelage de l'huacaya est opaque, frisée et spongieuse, semblable à la laine de brebis(mouton), alors que celui du suri est fané, soyeux, lustré et brillant, rappelant la douceur du cashmire et le lustré et l'éclat en soie.

Dans l'une ou l'autre de ces races on trouve des alpagas blancs mais on dénombre jusqu'à 22 teintes naturelles de laine.
La laine d'alpaga est très résistante malgré sa finesse et donc particulièrement adaptée à un traitement industriel.



Le poil d'alpaga est trois fois plus résistant que le poil de mouton et 7 fois plus chaud.

L'alpaga est doux et délicat sous la main. Sa structure cellulaire produit un toucher jamais égalé par d'autres fibres.

La laine la plus fine est obtenue à la première tonte. On l'appelle " bébé alpaga". Son éclat naturel donne aux pièces une apparence, une légèreté et une douceur exceptionnelles.

L'alpaga peut facilement être teint dans toutes les couleurs, ce qui renforce son éclat naturel.

vigogne dans la puna

La vigogne: La plus fine des laines

C'est le plus élancé, le plus gracieux, le plus agile des camélidés sud-américains, bien que le plus petit. Ses longues extrémités sont minces, son cou est long et sa tête petite. Son corps est couvert de poils courts, très fins et laineux, dont le diamètre oscille entre 6 et 10 microns, ce qui rend ce pelage remarquablement doux et isolant, beaucoup plus que celui des autres camélidés andins.

Le guanaco ou lama sauvage

Le guanaco vit dans les cordillères et les hauts plateaux d'Argentine, de Bolivie, du Chili, du Pérou et du Paraguay. On estime actuellement que la population sauvage comprend environ 600 000 individus. Sa tête est petite, ses oreilles pointues, son cou long et incurvé et ses pattes sont longues et minces.

Le lama ou l'âne des Andes

Animal de charge par excellence, il est domestiqué depuis l'époque Inca. Ces animaux peuvent supporter des charges de 90 kg pendant 12 heures d'affiler. Pour sa part la femelle fournit une viande comparable à celle de l'agneau de lait.
La laine des deux sexes est utilisée pour la confection de vêtements, le poil est tressé pour faire des cordes et la peau est tannée pour fabriquer des articles en cuir.
De plus, la graisse du lama est utilisée pour faire des bougies et les excréments desséchés s'emploient comme combustibles.

lama a hatun q'ero


Le lama est le principal animal de charge.
Il transporte la production agricole tant sur les hauteurs que sur les abords de la forêt. Sa viande est utilisée comme aliment, sa laine pour la fabrication de cordes et de couvertures de lit, ses os servent d'outils pour la confection de tissus. C'est pourquoi on le destine tant à l'autoconsommation, à la vente, au troc qu'à des fins rituelles.

 

 

alpagas - les magasins - pulls homme - pulls femme - manteaux/blousons - ponchos/capes - accessoires - orfevrerie
page principale - contactez nous - english - español
alpakita produccion